Içi pas de pub, ni propagande ! On lutte pacifiquement contre l'instauration du plan de l'oligarchie mondialistes, le nouvel ordre mondial ainsi que ces conséquences pour nous mais surtout pour nos enfants.
Ce blog expose des documentaires, informations qui sont peu diffusés dans nos médias.
Non-politiquement correct ce blog vous appelle, à réfléchir sur notre monde.
Un autre paradigme que celui imposé par les mass-médias.
Parce qu'il y a une guerre pour le contrôle de votre esprit !

Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L'argent n'a pas de patrie; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence; leur unique objectif est le gain.

Napoléon Bonaparte

Depuis, rien na changé...

dimanche 25 décembre 2011

Alain Soral : entretien de Noël (Décembre 2011)

Partie 1 : Louis Aliot en Israël, Louis Aliot et le FN, Marine Le Pen, mise au point sur la vidéo du mois dernier, l’esprit gaulois, mise au point sur l’Islam, Tarik Ramadan l’islamo trotskiste






Partie 2 : Le rôle du Qatar, la Syrie dans les médias français, la Syrie dans la géopolitique de l’Empire, Poutine et les élections, condamnation de Chirac



Partie 3 : Crise et fin de l’UE : ce qu’en disent les médias, l’Allemagne bouc émissaire, les Kabbalistes, tribalisme et universalisme, visite chez Casa Pound, "MesFessesAuLit", Comprendre l’Empire

jeudi 22 décembre 2011

Comment arrivera la victoire juive, d'après certains Rabbins !

Ce rabbin Rav Ron Chaya revendique d'être de la " race juif ", d'appartenir au " peuple élu " qui écrasera les " autres races " (les goys, non-juif donc non humain d'après le Talmud Rabbinique) !
La justice devrait peut être attaquer ce Monsieur pour appel à la haine entre les peuples !
Il appelle à la guerre civile !
Il est l’allié des extrémistes de toutes religion, mais pourquoi nos médias n'en parle pas !
Voici le genre, d'idéologie qui anime la mafia sioniste qui contrôle notre pauvre France...


Suite, car Rav Ron Chaya s'arrête pas, il nous explique la duperie du Sionisme socialiste :



MAJ 02/01/2012

Un autre rabbin Rav Dynovisz ; prophétise Mars 2012 ou le début de l'apocalypse?


jeudi 15 décembre 2011

dimanche 11 décembre 2011

Manipulations, une histoire française (Affaire CLEARSTREAM ; Frégates de Taïwan ; attentats de Karachi ; Ripoublique ) - [ L'intégral ]

Pierre Péan et Vanessa Ratignier marchent sur les pas des deux personnages clés de l'affaire Cleastream, Imad Lahoud l'ancien trader et Jean Louis Gergorin, stratège chez EADS. En mai 2002, Imad Lahoud sort de prison. Malgré ça, il va opérer une ascension fulgurante au sein des services secrets français. Il bénéficie de l'aide de Gergorin qui lui présente le Général Philippe Rondot, le spécialiste français de la lutte antiterroriste. Lahoud lui promet Ben Laden, l'appât fonctionne. Il devient agent de la DGSE, obtient un emploi de couverture chez EADS.

Cette série est en 6 épisodes d'une heure chacune.

Episode 1 : Au commencement, le troisième homme


Episode 2 : Clearstream, la banque des banques


Episode 3 : Jean-Luc Lagardère : le scenario noir


Episode 4 : Taïwan : naissance de la zone grise


Episode 5 : Karachi et le trésor de guerre


Episode 6 : La République des mallettes



Un oeil sur la planète - Palestine : Un Etat palestinien est-il encore possible ?

Les responsabilités de tous sont lourdes dans l’injustice causée aux Palestiniens.
Mais ce peuple n’a jamais oublié son rêve d’indépendance. Devant l’enlisement du processus de paix et la poursuite de la colonisation israélienne, les Palestiniens ont annoncé leur demande d’adhésion d’un État de Palestine aux Nations unies, dans le cadre des frontières de 1967 (Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est).
Une initiative qui sème le trouble dans les chancelleries. Les Européens sont divisés, les Israéliens et les Américains contre, alors qu’une majorité des États membres sont favorables à une reconnaissance de la Palestine.
Pourquoi un tel blocage ? Un tel État n’est il pas aujourd’hui envisageable ?


vendredi 9 décembre 2011

BHL , "le printemps arabe est bon pour ISRAEL"

"Je suis un ami inconditionnel d'Israël"
"le printemps arabe est bon pour ISRAEL" 
BHL


Et après, si vous comprenez pas pour qui bosse cette crapule...

lundi 28 novembre 2011

La commission trilatérale contrôle le gouvernement Obama

L’oligarchie US défend ses intérêts de classe et garde le contrôle du pouvoir politique à l’échelle nationale en s’appuyant sur des sociétés secrètes telles que les Skull & Bones ou des clubs sélects comme le Council on Foreign Relations (CFR). Au plan international, elle utilise des groupes élitistes, par exemple le groupe de Bilderberg qui cherche à intégrer à son projet les oligarchies d’autres pays pour l’émergence d’une gouvernance mondiale. Notre collègue Patrick Wood explique comment fonctionne la Commission Trilatérale, une autre pièce de ce système complexe, dont le rôle a récemment été remis en lumière avec la nomination du chef de sa section Europe, Mario Monti, comme Premier ministre italien.


JPEG - 28.2 ko
Kissinger à la Maison-Blanche pour coordonner avec Obama les travaux de la Trilaterale, à gauche George Shultz
Maison Blanche, 20 mai 2009.
Pendant ses dix premiers jours de sa présidence, Barack Obama a nommé onze hauts fonctionnaires issus de la Commission trilatérale à des postes clés de son administration, introduisant ainsi une puissante force extérieure dans le leadership de son gouvernement, mais avec un agenda de base qui porte plutôt préjudice aux citoyens des États-Unis.
Outre ces nominations, Obama a appelé à la Maison-Blanche plusieurs membres illustres de la Commission trilatérale, dont Zbigniew Brzezinski, son principal conseiller en politique extérieure. Brzezinski est cofondateur de la Commission (1973) avec David Rockefeller.
______________________________________

Kissinger, l’ex-Secrétaire d’État étasunien est la véritable cheville ouvrière de l’oligarchie US.
______________________________________
La Commission trilatérale a une grande responsabilité dans l’état actuel du monde. Elle fut constituée en 1973 comme un forum mondial de « penseurs », devenus les artisans du tournant multinational pris par le capitalisme dans le sens d’une radicalisation du courant de pensée keynésien le plus classique de l’économie : rôle de l’État, intensification de l’exploitation mondiale du travail, hégémonie militaire mondiale des pays les plus riches de la planète et de leurs compagnies transnationales.
JPEG - 36 ko
Henry Kissinger avec Sarah Palin, John McCain, Hillary Clinton et George Bush Jr.
La Trilatérale est une sorte de grand parti politique mondial. D’après son site Web, elle fut créée par des personnalités du Japon, de l’Union européenne, et d’Amérique du Nord (États-Unis et Canada) dans le but de promouvoir et de construire une coopération plus étroite entre les principales régions démocratiques et industrialisées du monde [en opposition au camp socialiste de l’époque] pour partager les responsabilités dans la direction d’un système international élargi.
Selon sa liste officielle, la Commission trilatérale compte 424 membres, dont 87 seulement sont États-uniens. Ainsi, au cours de ses deux premières semaines à la Maison-Blanche, le nombre de représentants gouvernementaux désignés par Obama constitue 12 % de la représentation des États-Unis à la Commission. Il entretient bien d’autres liens avec la Trilatérale, comme par exemple la présence en qualité de membre permanent de William Jefferson Clinton, le mari de la Secrétaire d’État, Hillary Clinton. Voici les onze personnes désignées par Obama :
- Tim Geithner, secrétaire au Trésor
- Susan Rice, ambassadrice auprès des Nations unies
- le général James L. Jones, conseiller à la Sécurité nationale
- Thomas Donilon, conseiller pour les questions de Sécurité nationale
- Paul Volker, président de la Commission pour la reprise économique
- L’amiral Dennis C. Blair, directeur du Renseignement national
- Kurt M. Campbell, secrétaire d’État adjoint pour l’Asie et le Pacifique
- James Steinberg, Député secrétaire d’État
- Richard Haass, envoyé spécial du Département d’État
- Dennis Ross, envoyé spécial du Département d’État
- Richard Holbrooke, envoyé spécial du Département d’État
L’administration Obama et la Commission trilatérale entretiennent bien d’autres liens. À titre d’exemple, signalons que le groupe informel de conseillers du secrétaire au Trésor, Tim Geithner, réunit les membres de la Commission : E. Gerald Corrigan, banquier et ancien président de la Réserve fédérale ; Paul Volker, aujourd’hui à la tête pensante de la relance économique d’Obama ; Alan Greenspan, le dernier responsable de la Réserve fédérale, et Peter G. Paterson, éminent banquier et investisseur.
JPEG - 19.9 ko
Frais émoulu de l’Université, Geithner se mit immédiatement au service du « trilatéraliste » Henry Kissinger, aux bureaux Kissinger & Associates. Un autre membre de la Commission trilatérale, le général Brent Scowcroft, un commerçant devenu banquier, fut conseiller officieux d’Obama et mentor de l’actuel secrétaire à la Défense Robert Gates. Robert Zoelick, ancien secrétaire au Commerce et actuel président de la Banque mondiale nommé sous l’administration G.W. Bush, est lui aussi membre de la Commission.
Le site Web signale : « La Commission trilatérale est composée de près de 400 noms illustres du monde des affaires, des médias, des universités, des services publics (à l’exception des ministres de cabinets nationaux actuels), des syndicats et d’autres organisations non gouvernementales des trois régions. Trois présidents (un dans chacune des trois régions du monde susmentionnée), des présidents régionaux, un vice-président et des directeurs constituent la direction de la Commission Trilatérale, en collaboration avec un Comité exécutif incluant une quarantaine d’autres membres ».
Depuis 1973, la Commission trilatérale se réunit régulièrement en séances plénières pour discuter de manifestes politiques élaborés par ses membres. Les politiques sont débattues jusqu’à obtention d’un consensus. Les membres regagnent leurs pays respectifs pour appliquer ou faire appliquer les politiques ainsi approuvées par consensus. L’objectif initial du groupe était l’instauration d’un « Nouvel ordre économique international » [ce qu’on appelle aujourd’hui la mondialisation]. Son discours actuel encourage une « coopération plus étroite entre les régions industrialisées démocratiques dominantes du monde, qui assument des responsabilités partagées dans la conduite d’un système international élargi ».
JPEG - 27.6 ko
Prix Nobel de la Paix (comme Obama), Henry Kissinger est impliqué dans plusieurs génocides.
Depuis l’administration Carter, les membres de la Commission trilatérale ont exercé leur influence à de hauts postes contrôlés par le gouvernement des États-Unis : six des huit derniers présidents de la Banque mondiale ; les présidents et les vice-présidents des États-Unis (à l’exception d’Obama et de Biden) ; plus de la moitié de l’ensemble des secrétaires d’État des États-Unis ; et les trois quarts des secrétaires à la Défense.
Durant la période 2009-2012, l’agenda de la Commission reposera sur deux grandes convictions. Premièrement, la Commission trilatérale est appelée à jouer un rôle plus important que jamais pour préserver la direction partagée des pays riches dans un système international élargi. Deuxièmement, la Commission « élargira son cadre pour refléter des changements plus vastes dans le monde ». Ainsi, le Groupe japonais s’est transformé en Groupe Asie-Pacifique, qui inclut des membres venus de Chine et d’Inde, tandis que des personnalités du Mexique ont rejoint le Groupe Amérique du Nord (Canada et États-Unis). Et le Groupe Europe continue d’augmenter avec l’élargissement de l’Union européenne.

Mise à jour de Patrick Wood (d’August Review.com)

La question de l’« influence indue » nous interpelle, lorsque l’on constate le nombre de membres de la Commission trilatérale nommés à des postes élevés au sein de l’administration Obama. Ils ont la mainmise sur des domaines liés à nos besoin nationaux les plus urgents : crise financière et économique, sécurité nationale et politique extérieure.
Le conflit d’intérêts est flagrant. Avec 75 % des membres non-US, quelle influence cette écrasante majorité continue-t-elle d’exercer sur les 25 % restant ? Par exemple, lorsque Chrysler s’est placé sous la protection et le contrôle de la loi états-unienne sur les faillites dans le cadre du plan de sauvetage de l’administration Obama, un accord a été conclu à la hâte avec le groupe italien Fiat pour sauver cette compagnie. La personne désignée pour conclure l’accord fut le secrétaire au Trésor ou ministre des Finances Timothy Geithner, membre de la Commission trilatérale. Seriez-vous surpris si on vous disait que le président de Fiat, Luca di Montezemolo, est lui aussi un membre de la Commission ? Le Congrès aurait dû interdire ce partenariat au moment où il a été suggéré.
Beaucoup des membres européens de la Commission trilatérale sont aussi de hauts dirigeants de l’Union européenne. À quelles oscillations politiques et économiques sont-ils soumis par la branche états-unienne ?
Si on faisait un sondage sur la question, la grande majorité des ressortissants US diraient que les affaires des États-Unis leur appartiennent, et qu’ils doivent se fermer à toute influence étrangère dictée par des programmes non étasuniens. Mais l’immense majorité des citoyens US n’a pas la moindre idée de ce qu’est la Commission trilatérale, et encore moins de l’énorme pouvoir qu’elle a usurpé depuis 1976, quand Jimmy Carter a été le premier membre de la Trilatérale élu président des États-Unis.
À la lumière de la crise financière actuelle sans précédent, les « trilatéralistes » seraient voués à l’exécration s’ils lisaient les déclarations de Zbigniew Brzezinski (cofondateur de la Commission avec David Rockefeller) consignées dans son livre paru en 1971 intitulé « Entre deux âges : le rôle de l’Amérique à l’ère technotronique ». Brzezinski signalait : « La nation-État, en tant qu’unité fondamentale de la vie organisée de l’homme, a cessé d’être la principale force créatrice : les banques internationales et les corporations transnationales sont [à présent] les acteurs et les architectes au sens que prenaient autrefois ces termes appliqués à la nation-État ». [Autrement dit, il a jeté au placard les concepts de base d’État-nation, de souveraineté des pays et du rôle de l’État dans la société, pour défendre la vision d’un monde gouverné par les banques et les corporations transnationales].
C’est exactement ce à quoi nous assistons dans toutes les sphères. Les banques et les corporations mondiales sont des cercles qui se resserrent autour de la nation-État, y compris les États-Unis. Elles n’ont aucun respect pour aucun processus, ni pour le Congrès, ni pour la volonté des peuples.
Pourquoi ont-elles maintenu les citoyens US dans l’ignorance sur un sujet qui ébranle les fondations mêmes de notre pays ?

La Trilatérale contrôle les grands médias

La réponse est simple : on compte parmi les patrons des grands médias de nombreux membres de la Commission trilatérale, et ils peuvent détourner les informations pertinentes mais dérangeantes. Parmi ces décideurs figurent :
- David Bradley, président d’Atlantic Media Company.
- Karen Elliot House, ex-vice-président senior de Dow Jones & Company, et éditrice du Wall Street Journal, qui appartient à Rupert Murdoch.
- Richard Plepler, coprésident de HBO.
- Charlie Rose, de PBS, Service public de radio et télévision des États-Unis.
- Fareed Zakaria, rédacteur du Newsweek
- Mortimer Zuckerman, président de l’U.S. News & World Reports.
Il existe beaucoup d’autres connexions avec la haute direction des médias, résultant de l’appartenance ou de la participation aux leviers de commande des transnationales et de l’actionnariat commun. Pour plus d’information, consulter mon livre publié originalement en 1978 « Trilaterals Over Washington », disponible [en anglais] en format électronique et gratuitement sur www.AugustReview.com. Ce site contient aussi beaucoup d’articles qui traitent divers aspects de l’hégémonie de la Commission trilatérale aux Etats-Unis et dans le monde.
Sources :
« August Review.com », 30 janvier 2009, « Obama : Trilateral Commission Endgame », par Patrick Wood.
Etudiant chercheur Sarah Maddox.
Tuteur : Peter Phillips, Université d’Etat de Sonoma.
Patrick Wood (August Review.com) / Réseau Voltaire / Projet censuré.

par Patrick Wood

Source : Réseau Voltaire | Californie (Etats-Unis) http://www.voltairenet.org/La-Commission-Trilaterale-controle

L'Allemagne à son tour touchée par la crise (RMC)

3 mois maximum avant la fin de la zone euro selon Olivier Sarkozy, banquier à New York

A propos d’Olivier Sarkozy, le demi frère du Président, et l’un des dirigeants de Carlyle (l'un des plus gros fonds d'investissement du monde) qui, cité par la chaine américaine CNBC, déclare aujourd’hui que la zone euro est à moins de trois mois de son effondrement, selon le chef de la recherche économique chez Axa "les marchés évaluent le risque d'éclatement de la zone euro entre 50 et 60%". 

vendredi 25 novembre 2011

Eric Zemmour démasqué sur Radio Courtoisie

Anecdote : Nicolas Demorrand le twitter-man, qui veut pas twitté !

Un peu d'humour sur Skandal !

Vexé par deux messages que nous lui avons envoyé, maintenant Mr Nicolas Demorrand nous a bloqué !
Voilà les pratiques de ces journalistes, ils disent ne pas avoir d'opinions mais dés que des faits n’appartiennent pas a leurs pensée unique, à leurs castes, toujours la même technique, on fait l'autruche !


 
Si je clique sur " Suivre " pour le compte officiel de Nicolas Demorand, le message suivant apparait: "Désolé, vous ne pouvez pas suivre cet utilisateur (car il vous a bloqué). En savoir plus".

Nicolas Demorrand le twitter-man, qui veut pas twitté !

Les twittes en question, portait sur une critique humouristique de son look d'jeun's banlieusard. 
Ce mec est du système, son apparence de djeun's ne trompe personne.

Voilà le twitte en question :
Skandal_France

Tu te sape jeun's banlieusard, mais tes qu'un fils a papa ! On c'est différencier les vrais des faux, tu trompe personne TOCARD

samedi 19 novembre 2011

Alain Soral - entretien de novembre 2011

Partie 1 : incendie de Charlie Hebdo, Caroline Fourest, accentuation de la Christianophobie, musulmans patriotes et islamo-racailles.



Partie 2 : Le con du mois, MLP rencontre l’ambassadeur d’Israel à l’ONU, Shalit et Hamouri, Palestine à l’UNESCO, le Grand Israël ou rien, les juifs laïques et les juifs religieux.



Partie 3 : Recolonisation de l’Afrique, Obama le néo-colon, la nouvelle stratégie des néo conservateurs via la réislamisation, extrêmes droites européennes, Tariq Ramadan, Sheikh Imran Hossein, le nouvel Hitler, l’intelligent du mois.




Partie 4 : Sommet du G20, référendum grec, rappel de la loi 73 et ses effets, l’arnaque bancaire dans sa vérité nue : le shylockisme, la fin de l’UE, Sarkozy et l’or français, François Hollande.





Partie 5 : Les vrais Indignés, la grande Russie de Poutine, Damas dans l’eschatologie, le sort des pacifistes en temps de guerre, Jean Paul Sartre, quart d’heure cinéphile.





dimanche 13 novembre 2011

La loi de 73 n’a pas empêché l’inflation !

La loi Pompidou-Giscard-Rothtchild de 1973 interdisant l’État à battre monnaie a pour but de diminuer l’inflation. Eric Zemmour qui le dit en la défendant bec et ongle comme tout bon économiste obéissant au pouvoir bancaire.

Récupéré sur le site France-inflation.com le tableau qui suit montre pourtant qu’après 1973 l’inflation moyenne annuelle a explosé. Elle passe de 6,2% en 1972 à 13,7% en 1974. Elle atteint 13,6% en 1980 avant de se stabiliser aux alentours de 10%, puis connait sa première vraie chute en 1986 à 2,7%.






Le secret des 7 soeurs du pétrole !

Dès le début du siècle et, plus encore après la Seconde Guerre mondiale, les grandes puissances occidentales nouent des relations étroites avec les états pétroliers afin d’assurer aux sept soeurs la mainmise sur les gisements du Moyen-Orient.
Lassés de voir leurs états spoliés, certaines voix s’élèvent contre cette exploitation, comme celle, avortée, du premier ministre iranien Mossadegh en 1951.
En 1960, les états producteurs de pétrole s’unissent et créent l’OPEP.
L’influence des sept soeurs est donc menacée.
C’est paradoxalement le choc pétrolier de 1973 qui leur permet de rebondir.
Néanmoins, le contrôle de cette région du monde reste capital, comme l’ont prouvé récemment les conflits irakiens de 1991 et 2003.


Comment la Banque Américaine " Goldman Sacks " a mis à genoux la Grèce !




Interview de Dieudonné par Lelibrepenseur - Novembre 2011

ITW de Dieudonné à l’occasion de son spectacle « Rendez-nous Jésus » présenté à Marseille, ce mardi 8 novembre 2011. Il sera question de 3 sujets importants de l’actualité : Carlos, « Charlie Hebdo » et la crise grecque/UE. Concernant le procès Carlos, petit message aux petits salopards qui le battent lâchement en cachette alors qu’il est sexagénaire : Auriez-vous osé le faire il y a trente ans ? Certainement pas. Décidément, le Général Võ Nguyên Giap (toujours vivant) avait raison et a toujours raison, malheureusement : « L’impérialisme est un mauvais élève qui ne retient pas les leçons de l’histoire ».



La question « Charlie Hebdo » est traitée sous l’angle de son bilan comptable catastrophique et surtout incomplet, puisque les comptes de l’année 2010 ne sont pas déposés alors que c’est une obligation légale. Toute infraction est punie de 1524 € d’amende, avec 2 mois de délai pour les déposer et in fine, une astreinte de 100 € par jour de retard, si le dépôt n’est toujours pas fait. Malheureusement les greffiers (corps privé et non public !) ne font plus correctement leur travail. Bref, cet incendie arrive à point nommé ; il fait rouler les assurances et booster les ventes… Comment oser parler de liberté de quoi que ce soit alors que ces mêmes guignols ont censuré le dessinateur Lefred-Thouron (pour un dessin sur le pédophile Patrick Font, ami et longtemps partenaire de P. Val) ou même l’historique Siné ? Il faut tout de même rappeler que cet hebdomadaire a reçu le soutien indéfectible du ministre de l’intérieur Claude Guéant ; vous savez, celui qui a mis sur écoute des journalistes pour tenter d’ identifier leurs sources, dans la fameuse affaire des fadettes qui, est elle-même à l’origine de la mise en examen du patron de la DCRI Bernard Squarcini. Cette drôle d’équipe a même eu l’indécence et le culot de se faire héberger chez Rothschild… Drôles de gauchisto-anarchistes, n’est-ce pas ? Des révolutionnaires de gauche financés par des milliardaires de droite : très sain et très logique comme attitude et comme positionnement, ne trouvez-vous pas ?
Enfin, la question de la crise grecque est abordée sous l’angle de l’hypocrisie démocratique occidentale, qui est en réalité ploutocratique, eu égard au pouvoir réel de la finance internationale et de l’annulation pure et simple du référendum populaire dictée à une nation censée être souveraine !
L’ITW se termine par un petit audio de l’extraordinaire ovation du public, que même les joueurs dopés de l’OM n’ont jamais eue et n’auront jamais…

mercredi 2 novembre 2011

EndGame (VO ST FR)

"EndGame : Blueprint for a global enslavement" ce documentaire d'Alex Jones, nous apprend beaucoup de chose sur l'Histoire ! A voir absolument, pour vous informer sur le nouvel ordre mondial !

jeudi 27 octobre 2011

Citations - Nouvel Ordre Mondial



"Nous sommes à la veille d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial." 
David Rockefeller
 "Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d'autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l'exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés."  
David Rockefeller
"Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire." 
 David Rockefeller
 "Peu importe le prix de la Révolution Chinoise, elle a réussie de façon évidente; non seulement en produisant une administration plus dévouée et efficace, mais aussi en stimulant un moral élevé et une communauté d'ambitions. L'expérience sociale menée en Chine sous la direction du Président Mao est l'une des plus importante et des plus réussie de l'histoire humaine."  
David Rockefeller, commentant sur Mao Tse-tung, cité dans le New York Times du 8 octobre 1973



"Le monde est gouverné par des personnages très différents de ce qui est imaginé par ceux qui ne sont pas derrière le rideau."  
Benjamin Disraeli, Premier Ministre Britannique de 1874 à 1880
 



"Je suis inquiet pour la sécurité de notre belle nation; pas tant à cause d'une quelconque menace de l'extérieur, mais d'avantage à cause des forces incidieuses qui y opèrent de l'intérieur."   
Général Douglas MacArthur





"Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. [...] Est-ce que j'entends par là qu'il s'agit d'une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu'il y a un tel complot, d'envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique." 
Lawrence Patton McDonald (1935-1983), congressiste américain tué dans l'attaque d'un vol de la Korean Airlines

"Seuls les plus petits secrets ont besoin d'être protégés. Les plus gros sont gardés par l'incrédulité publique." Marshall McLuhan (1911-1980), auteur et chercheur canadien

"Qu'est-ce que l'histoire sinon une fable sur laquelle tout le monde est d'accord ?" Napoleon Bonaparte, Empereur Français
"Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L'argent n'a pas de patrie; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence; leur unique objectif est le gain."  
Napoléon Bonaparte

"Le monde se divise en trois catégories de gens: un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s'accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s'est produit en réalité." Nicholas Murray Butler, membre du CFR.


"En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi."  
Franklin D. Roosevelt, président des Etats-unis de 1932 à 1945.
“En politique, rien n'arrive par accident. Si quelque chose se produit, vous pouvez parier que cela a été planifié de cette façon.” 
Franklin D. Roosevelt
"Depuis l'époque des Spartacus, Weishaupt, Karl Marx, Trotski, Belacoon, Rosa Luxembourg et Ema Goldman, cette conspiration mondiale a connu une croissance constante. Cette conspiration a joué un rôle décisif et identifiable dans la Révolution Française. Elle a été le berceau de tous les mouvements subversifs pendant le 19e siècle. Et finalement, ce groupe de personnalités extraordinaires du monde secret des grandes villes d'Europe et d'Amérique ont saisi le peuple Russe par les cheveux, et sont maintenant devenus les maîtres incontestables de cet énorme empire."  
Winston Churchill (1874-1965), Premier Ministre de la Grande-Bretagne de 1940 à 1945 et de 1951 à 1955.

"Nous sommes convaincus que nous créons la base d'un Nouvel Ordre Mondial, qui émerge de l'effondrement des antagonismes Américains-Soviétiques." 
Brent Scowcroft, Conseiller à la Sécurité Nationale Américaine sous Gerald Ford et Georges H W Bush, et membre du CFR.
"Il est aussi dans l'intérêt d'un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu'il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu'il soit si occuppé à ses tâches quotidiennes qu'il n'aie pas le temps pour la rebellion." Aristote (384-322 A. J.-C.) , extrait de Aristote sur la Politique - traduction de J. Sinclair, publié en 1962

                                               
 "La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions."  
John Fitzgerald Kennedy (1917-1963), dans un discours fait à l'Université Columbia le 12 novembre 1963, dix jours avant son assassinat
            


                                                            
 "Pour obtenir le contrôle total, deux ingrédients sont essentiels : une banque centrale, et un impôt progressif, pour que les gens ne s'en rendent pas compte."  
Karl Marx (1818-1883)

                                                 
"Il y a deux histoires: l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète, où se trouvent les véritables causes des évènements."  
Honoré de Balzac (1799-1850), écrivain français


"Répétez un mensonge assez fort et assez longtemps et les gens le croieront."  
Adolf Hitler (1889-1945)

"Le terrorisme est la meilleure arme politique, puisque rien ne fait réagir davantage les gens que la peur d'une mort soudaine." Adolf Hitler